RSS

Rencontre avec les Petits Débrouillards

20 Déc
groupePhoto par Adeline, séance des petits débrouillard très médiatisée à la Roche-sur-Yon – atelier « Pingoo à la pêche »

Le 19 décembre dernier, nous nous sommes toutes rendues à l’IUT de la Roche-sur-Yon afin d’assister à un atelier de découverte de sciences pour les enfants jusqu’à 12 ans. Nous souhaitions en effet voir comment pouvait se dérouler un tel atelier pédagogique, au cours duquel les sciences sont abordées en toute simplicité, puisque c’est dans un but similaire que nous travaillons dans le cadre de notre projet tuteuré.

La séance commence par un petit brainstorming collectif avec les enfants pour savoir ce qu’ils connaissent des Petits Débrouillards. C’est ainsi pour eux l’occasion d’échanger pour la première fois et de faire connaissance, ce qui permet de partir sur de bonnes bases pour la suite.

Après un petit rappel des consignes de sécurité et de propreté, les premiers ateliers commencent. Au cours de ceux-ci, les enfants sont amenés à expérimenter par leurs propres moyens et les matériaux utilisés sont trouvables à la maison, ce qui leur permet de travailler en coopération puisque chacun parle à son tour pour trouver des solutions et de continuer à expérimenter chez eux s’ils ont aimé.

Ce que nous avons trouvé particulièrement intéressant est l’utilisation d’une mascotte comme fil conducteur dans tous les ateliers : Pingoo le pingouin. Cela permet d’intéresser les enfants et de donner un côté ludique aux sciences.

Lors de la séance, différents ateliers, de difficulté croissante ont été proposés :

  1. Faire flotter de la pâte à modeler pour permettre à Pingoo de traverser l’océan. Après plussieurs expérimentations (différentes formes données à la pâte), la solution trouvée était de fabriquer une barque en pâte à modeler.
  2. Faire monter Pingoo dans le bateau (atteindre le haut de la bassine alors qu’il est en bas sur la table) avec seulement du papier, du scotch et un livre. La solution était de former un cylindre avec la feuille, que l’on ferme avec du scotch. On peut alors poser le livre en équilibre entre ce support et la bassine, ce qui crée une plateforme pour Pingoo. Avant d’en arriver là, les enfants avaient fait de nombreux essais, comme fabriquer un escalier de papier par exemple, mais ces essais ne prenaient pas en compte tous les matériaux.
  3. Pour attraper la canne à pèche de Pingoo (une ficelle de quelques centimètres), les enfants n’ont pas le droit de la toucher directement, il n’ont ainsi qu’un simple ballon de baudruche à leur disposition. Chacun de son côté essaie à sa façon (gonfler le ballon et relâcher l’air vers la ficelle pour la projeter vers Pingoo…) Lorsque l’animatrice encourage une observation des différents essais, des résultats accidentels (une ficelle qui s’attache brièvement au ballon par exemple), les enfants, du moins parmi les plus âgés, commencent à parler d’électricité statique, ce qui est en effet la réponse attendue. En gonflant le ballon et en le frottant ensuite contre ses cheveux, on peut ensuite attraper la ficelle, qui s’attache au ballon grâc à l’électricité statique.
  4. Le quatrième atelier consistait à attraper un glaçon avec une ficelle et du sel. Là encore, après différents essais, les enfants trouvent très vite la solution. Mettre du sel sur le glaçon fait un trou au centre, il suffit de glisser la ficelle dessus et au bout d’un moment, le glaçon s’accroche. 
  5. Une dernière expérience, enfin est d’éteindre le feu avec un bol. Tous ensemble, les enfants trouvent très vite la solution : il suffit de retourner le bol sur la flamme pour que celle-ci s’éteigne, mas très vite, sous l’impulsion des animateurs, les enfants de comprendre pourquoi cela se produit (consommation de l’air).

Pour conclure, nous retiendrons essentiellement de cette matinée trois grands points caractéristiques de cet atelier de découverte des sciences. La parole est laissée aux enfants ; ils sont encouragés à trouver les réponses par eux-même. Une mascotte est utilisée comme fil conducteur et moyen d’impliquer les enfants dans les ateliers. Enfin, ce sont toujours des matériaux simples à manipuler que l’on leur met entre les mains, matériaux qu’ils peuvent souvent refaire par eux-même une fois rentrés chez eux.

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2012 dans 2. Notre Gazette

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :